La pratique
La pratique des Quilles au Maillet
Le sport de quilles dans le domaine des Activités Physiques et Sportives (APS)

L’INSEP propose une classification permettant de regrouper les pratiques en quatre grands groupes.

1) Certaines pratiques privilégient les sensations extérieures. Le pratiquant est alors obligé d’adapter sa conduite à un environnement qui n’est pas stable. La performance est liées à la capacité d’analyse et de réaction immédiate du pratiquant. Le coût informationnel est élevé.

Les sports de plein air, les sports mécaniques et d’une manière générale les sports «à sensation» font partie de cette catégorie.

2) Des disciplines sportives sont, au contraire, liées à des sensations intérieures. Ces sports sont à dominantes énergétiques et la performance se caractérise par une motricité simple mais répétitive. Ils se pratiquent sur des parcours balisés ou prédéterminés et le pratiquant connaît par avance quel est ou quel va être son environnement. Il n’y a pas d’interrelation entre les pratiquants et la tactique concerne souvent la gestion de l’effort.

Les courses d’endurance, le cyclisme, l’aviron, le ski de fond sont des exemples de ce type de pratiques.

3) D’autres sports demandent la réalisation d’une tâche clairement définie et ont besoin d’un apprentissage important. L’action consiste à maîtriser un objet par l’intermédiaire du corps. La sensibilité interne assure la régulation de l’effort par sa sensibilité proprioréceptive et kinesthésique. L’environnement est relativement stable et le geste souvent standardisé. La vigilance perceptive s’exerce avec acuité par exemple dans un repérage visueltrès acéré. L’œil anticipe alors sur ce que la kinesthésie mettra en acte. Il fixe l’objectif pour le surmonter: une cible à atteindre, une barre à sauter…Le pratiquant doit maîtriser un geste technique stable et identique qui est au service d’une prise d’information préalable. Si un instrument est utilisé, il n’est que le prolongement du corps permettant de maîtriser un objet.

Dans ce type de sport, le résultat est en règle générale immédiatement mesuré et la performance est individuelle. Il n’y a pas d’interrelation entre les participants et un résultat par équipe est obtenu par une coaction de chacun des équipiers.

La gymnastique aux agrès, les sauts, les lancers, le tir, l’haltérophilie, le ski de slalom, le golf et le sport de quilles s’intègrent dans cette famille de sports.

4) Le dernier groupe est constitué par des sports qui permettent l’opposition directe avec d’autres pratiquants. Si le degré de technicité de ces pratiques est souvent élevé, la technique n’est pas une fin en soi. Elle est au service de la tactique et la prise d’information doit permettre une adaptation permanente du pratiquant à des situations changeantes. Ces pratiques se définissent par des interrelation d’opposition et (dans le cas de sports collectifs) de coopération.

Cette forme de classification permet une lecture des différentes disciplines sportives. Par les caractéristiques de chacune de ces familles il est possible d’imaginer quels sont les grands traits de la personnalité des sportifs qui s’investissent dans la pratique d’un sport. Qu’ils soient intro ou extravertis, qu’ils se définissent par un attachement au détail et une forte aptitude à l’introspection et à l’autoanalyse… Les motivations de chacun orienteront le choix et seront renforcées par une bonne adéquation entre pratique et personnalité.


Les étapes suivies par le joueur

Une définition du sport de Quilles

Le sport de quilles est une pratique codifiée dont le but est de faire le score le plus important en abattant le maximum de quilles. Sa pratique est une habileté motrice qui se définit comme «la capacité de parvenir à un résultat avec le maximum de certitudes et des dépenses d’énergie ou de temps minimales».

Donc, pour être performant au sport de quilles, je dois être capable de faire tomber avec certitude, et autant de fois que me l’impose le règlement, les quilles visées.

La performance du joueur de sport de quilles est contrainte par un ensemble de facteurs. Le pratiquant de bon niveau a automatisé un certain nombre de tâches qu’il réalise de façon systématique.

Etape 1: l’identification, le choix et la programmation

Les tâches:

- identifier une situation de jeu tenant compte de nombreux paramètres (nombre et positions des quilles, état de la piste, qualité et quantité du huilage, état de forme, etc.)

- choisir une boule

- choisir une position de départ

- programmer une réponse motrice en se fixant des références (qualité et intensité du mouvement, choix d’un repère, ligne de jeu, etc.

Etape 2: l’exécution

Les tâches: exécuter son mouvement

Etape 3: la régulation à partir des sensations

Les tâches: réguler et contrôler ce mouvement

Etape 4: l’analyse des informations internes et externes

Les tâches:

- analyser le résultat obtenu en observant la trajectoire, la réaction de la boule et le nombre de quilles abattues.

- Analyser son mouvement en se référant à ses sensations techniques, physiques, physiologiques etc.

- Comparer le résultat obtenu avec le référent initial et évaluer l’écart

Etape 5: l’adaptation

Les tâches: intégrer ces nouvelles informations pour réaliser le geste suivant

Chacune de ces étapes est déterminante.


Les facteurs de la performance

La performance en sport de quilles ne peut pas être réduite à la seule technique. Le joueur met en œuvre un ensemble de capacités qui lui sont propres et qui le définissent. Appréhender cet ensemble c’est pouvoir déterminer des tâches d’entraînement permettant au joueur de conforter ses points forts et d’améliorer ses points faibles.

Ainsi, jouer au sport de quilles demande d’avoir des qualités:

TECHNIQUES

PHYSIQUES

PSYCHIQUES

TACTIQUES

Qualités physiques

- équilibre

- vitesse, précision

- coordination

- endurance

- souplesse

- puissance

- force spécifique

- caractéristiques physiques (taille, poids, morphotype, span, envergure…)

Qualités techniques

- habilité

- stabilité du mouvement

- adaptabilité

Qualités tactiques

- capacité d’analyse de la piste

- capacité d’analyse du résultat

- connaissances spécifiques (ratios, matériel)

- savoir se déplacer

Qualités psychologiques

- besoins

- personnalité

- résistance au stress

- capacité de concentration

- confiance en soi

-

Quelques commentaires

La technique

L’approche est détaillée plus loin dans ce document. Elle constitue les fondements techniques du sport de quilles et est considérée comme «le geste juste». Elle consiste à prendre un élan en marchant otut en réalisant, avec le membre supérieur tenant la boule, un mouvement de pendule.

Comme dans toute technique, ce mouvement est un tout qui se caractérise par un enchaînement d’actions, un rythme, une vitesse, une amplitude, une puissance, un équilibre. Des muscles interviennent de façon synchrone. Ils sont soit moteurs soit fixateurs.

Les principaux muscles moteurs sont:

Pour le membre supérieur: les muscles pronateurs et supinateurs de la main, le biceps, le triceps;

Pour la ceinture scapulaire: le deltoïde (antérieur et postérieur), le grand pectoral (faisceau supérieur), le grand rond, le grand dorsal;

Pour les membres inférieurs: les fessiers, le quadriceps, le mollet;

Les principaux muscles fixateurs sont:

Pour le dos: les muscles de la colonne vertébrale, les dorsaux, le trapèze, les lombes;

Pour la ceinture pelvienne: les grands droits, les obliques, le transverse;

Le bassin étant le train d’union entre le bas et le haut du corps, il doit permettre un bon transfert de l’énergie constituée par l’approche. Les muscles de la sangle abdominale, par leur action de gainage, et les muscles de la colonne vertébrale, par leur action de haubanage, jouent un rôle déterminant. Il est nécessaire de remarquer que:

- l’action de fixation s’exerce sur une cage thoracique bloquée et par conséquent, l’approche s’effectue en apnée (blocage respiratoire);

- l’ensemble de la musculature est concerné par la technique du sport de quilles et nécessite un bon tonus;

- la jambe avant sert, lors du quatrième pas, de point d’appui au lâcher. Elle a donc un double rôle: moteur lors des premiers pas et fixateur lors du dernier. Cette action nécessite une contraction musculaire sans mouvement, il s’agit donc d’une contraction isométrique.

Les qualités physiques

Le sport de quilles se définit avant tout comme un sport de précision. Cette aptitude, comme l’ensemble des qualités innées, est perfectible. L’entraînement permet son développement et sa stabilisation.L’analyse des indices externes et internes doit nous conduire à identifier si la pratique du sport de quilles nécessite d’autres qualités que celles évoquées précédemment.

L’évolution de la fréquence cardiaque au cours d’une ligne comme nous l’avons vu précédemment indique que le sport de quilles est une pratique dont le coût énergétique est modéré. Une bonne capacité d’endurance est nécessaire pour finir une journée de compétition dans de bonnes conditions.Si la force physique ne doit pas être élevée, elle doit être suffisante pour permettre de donner de la vitesse à sa boule. La puissance du lancer semble être un facteur de réussite. Ce paramètre explique peut être en partie pourquoi les hommes réalisent de meilleurs scores que les femmes.

Nous pouvons également nous poser la question suivante: existe-t-il une morphologie type du joueur de haut niveau? Si quelques éléments de réponse existent, aucune étude sérieuse n’a été réalisée à ce jour.

Les qualités tactiques

Nous avons vu précédemment qu’un joueur, pour réaliser une performance en sport de quilles, suit un cheminement composé de cinq étapes. La première consiste à identifier une situation de jeu afin d’apporter une réponse adaptée. De multiples choix sont effectués concernant notamment: le placement, le choix de la boule, la ligne de jeu. Ces décisions sont prises en fonction de la capacité d’analyse du joueur. Elle s’appuie sur la faculté à intégrer des informations internes et externes.

Source d’information

Nature de l’information

Interne

Qualité du geste technique

Sensations physiques

«bien être»

Ressources physiques

Motivation — concentration

Etc

Externe

Réaction de la boule

Réaction de la piste

Précision de la boule

Etc

La tendance naturelle chez tout joueur est d’attribuer les causes de la réussite aux facteurs internes et d’attribuer celles de l’échec aux facteurs externes. Les choix tactiques dépendent essentiellement de l’analyse réalisée par le joueur aussi bien en situation de réussite que d’échec. Ils déterminent en partie le résultat final et doivent faire l’objet d’un entraînement spécifique. Un bon joueur est un joueur qui est capable de s’adapter à des situations variables.

Les qualités psychologiques

Par nature, et comme nous l’avons évoqué en situant le sport de quilles dans le domaine des APS, ce sport intéressera une certaine catégorie d’individus. Parce qu’il est individuel et qu’il demande de la concentration, il sera très motivant pour certains et peu pour d’autres.

La concentration n’est pas la seule qualité à posséder. Un joueur doit également posséder confiance en soi et combativité ainsi qu’une bonne capacité de résistance au stress. La préparation mentale ne doit pas être négligée et doit être intégrée lors des entraînements.

Ces quatre qualités ne doivent pas être comprises comme agissant séparément sur la performance. Elles sont en étroite interrelation. Ainsi nous pouvons évoquer la qualité technico-tactique, physico-technique, etc… L’individu est un tout et on ne peut pas prétendre agir sur un seul aspect de sa personnalité sans modifier l’ensemble de ses qualités.



Mentions légales - © 2018 - réalisation : Anyware